Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
What a difference a valve makes ...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Lenco Référence Index du Forum -> Le chaînon manquant -> Amplifications.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maco
*
*

Hors ligne

Inscrit le: 10 Mar 2009
Messages: 2 751
Localisation: Luxembourg
Prénom: Mario
Langue 1: fr
Langue 2: en
Langue 3: de
Langue 4: it

MessagePosté le: Sam 31 Oct - 23:26 (2009)    Sujet du message: What a difference a valve makes ... Répondre en citant

hats off
(Allez je me lance pour un petit rapport d'écoute wondering )

Après une année d'écoute avec les tubes de puissance KT77 de JJ, j'ai décidé d'installer un set des fameuses EL34 -C- ailé. Cool

Tout au long de cette année j'ai bien apprécié les caractéristiques des KT77 : Une dynamique digne d'un bon ampli solid state, une amorçe très rapide sur les notes, un  écrétage et une plage de fréquence très linéaire (pour des tubes). Le rendu dans les bas registres est superbe, profond, bien articulé. Une certaine neutralité tonale dans les médiums et dans les aigus donnent à l'ensemble un caractère assez 'austère' avec beaucoup de précision. Néanmoins cela reste très musical, bien équilibré, agile et percutant, cela me rappelle le son des amplis Accuphase des années '70.

Mes impressions avec les KT77:

agilité et précision :  par exemple sur les instruments à percussion. Les partitions de batterie sont rendus avec une précision, une dynamique et un timing impressionnant. Du Billy Cobham avec ces tubes c'est explosif!

La micro-dynamique : par exemple l'attaque sur les notes des instruments à cordes est très bien rendu, particulièrement le violoncelle et la double-basse. Le toucher de l'archet sur les cordes est presque palpable et distinguable de la note jouée. Les harmoniques sont bien distinguables, les notes et les évènements sont bien délimités dans le flux musical.

étendue du registre : les basses sont bien contourées, profondes et articulées (mais pas encore pareil à un ampli transistorisé), le bas-médium est bien prononcé ainsi que le médium comme sur tout bon tube qui se respecte. Les aigus sont bien précis, cristallins mais assez neutres. A postériori après écoute comparative avec les EL34 je dirais que les aigus élevés (soprano, hautes notes des violons) peuvent se présenter des fois avec dureté sur certains enregistrements (Deutsche Grammophon en particulier).

En général j'ai beaucoup de plaisir à écouter du rock amplifié et la musique symphonique avec ces tubes. Les petits ensembles acoustiques et les solistes sont très bien rendus, présence, réalisme sans trop de froideur mais aussi sans coloration excessive, p.ex. pour les bois. Précision aussi avec le rendu des cuivres. Ben Webster sort très bien, par contre le jeu de Miles Davis et de Coltrane peut ressortir avec assez de dureté et un brin trop d'éclat.

Les KT77 sont une alternative aux EL34, on peut les interchanger. Il faut ajuster les bias un  peu plus élevé sur les KT77, elles tirent aussi un peu plus de courant mais restent dans les tolérances de l'ampli type EL34. Par rapport aux Shuguang EL34B les KT77 affichent moins de compression et une sonorité plus ouverte. A première écoute cela semble aussi s'appliquer par rapport aux SED EL34 -C- mais dans une moindre mesure qu'avec les Shuguang.

Avec la reproduction sur vinyle les KT77 sont bien en synergie : dynamiques, précision de la reproduction, scène sonore élargie. Par contre dans mon cas particulier la reproduction des CD (vous savez ... ces petites galettes argentées ...) ne me satisfait pas assez, non pas sur la qualité du rendu, mais du fait que le tube est assez neutre pour ne pas cacher les défauts liés au numérique.

Depuis quelques semaines j'ai donc installé les EL34 de Saint-Pétersbourg, du fameux producteur Svetlana Electron Devices (donc les vraies SED). Premières impressions ? Une présentation assez différente des KT77, avec plus de transparence, de subtilité et de musicalité sans toutefois sacrifier la précision et le dynamisme. En effet les SED présentent un médium tellement dégagé que des détails avant inaudibles surgissent d'entre les grandes lignes. Les bas registres sont moins accentués que sur la KT77 et la Shuguang EL34B, les aigus par contre sont très étendus, sans dureté, un écrétage en rondeur sans aspérités même dans les notes les plus hautes.

Ecoutes :




  • Marian Anderson, mezzo-soprano, divers enregistrements 1939-1946, vinyle mono 1962. Assez difficile avec les KT77 qui ne pardonnent pas les imperfections de ces vieux enregistrements, avec les EL34 SED : de la magie ! La timbre chaud de la voix de Marian Anderson est rendu à merveille. La présence holographique, tangible. L'accompagnement au piano pour le récital est plus clair et bien délimité dans la scène sonore. Plus de profondeur de champ de l'enregistrement mono, plus d'air entre les instruments et la voix.
  • Syd Lawrence & His Orchestra, Glenn Miller Hits, Vinyle 1978. Très entraînant avec les KT77 mais avec trop d'éclat sur les trompettes. Rendu simplement superbe avec les EL34 SED, tous les cuivres sont bien équilibrés, pas de proéminents mais clairement distinguables individuellement. Scène sonore très large, très profonde, bien étagée avec la percussions à l'arrière de la scène. C'est d'ailleurs un enregistrement superbe,très fidèle à l'original, ambiance ball-room et années 50 transporté dans votre salon. Les EL34 SED parviennent bien à reproduire cette sonorité des enregistrements pré sixties, et à l'écoute je ne peux pas m'empêcher à penser avec nostalgie au temps (lointain hélas) ou je passais les soirées l'oreille collée au vieux poste Telefunken familial.
  • Etta Scollo, Il Fiore splendente, CD Audio, 2008. Rendu très fidèle (j'ai assisté à deux de ses concerts) avec les KT77, mais avec les EL34 SED le réalisme est stupéfiant. La voix tantôt chaude, tantôt rauque ensuite abruptement aiguë d'Etta est rendue comme un hologramme, l'orchestration d'une grande dynamique ne cachant pas les détails les plus infimes (La chanteuse est accompagnée d'un orchestre symphonique et de son groupe de musiciens jouant le Oud arabe, tantôt la guitarre acoustique et la mandoline, le tambour et d'autres instruments acoustiques).  
Surtout, grâce à ces EL34 je viens de redécouvrir mon lecteur CD! Ce tube réussit à gommer cette vilaine signature numérique, arrondissant les crêtes sur les fréquences et rendant ainsi la prestation proche à l'analogique. Faut préciser que le lecteur CD possède déjà un étage de sortie tubes avec deux ECC88 et un chip d'amplification BB627, cela aide biensûr!Plusieurs semaines sont encore nécessaires pour affiner mon jugement, mais sans aucun doute le SED EL-34 -C-est un tube superbe. Je posterai plus de détails plus tard, mais dès à présent disons ceci :
"Si Karajan serait une KT77, alors Leonard Bernstein serait une EL34", avec tout mon respect biensûr Wink

Matériel d'écoute :
Primaluna Prologue One, JJ KT77, Shuguang EL34B, SED EL34 -C-, JJ ECC802S, JJ ECC803S
Platine vinyle Lenco L78, bras Jelco SA750D, Denon DL-160, Audio-Technica AT120E et ATP5, Empire 250KE
Platine CD, AH! Njoe Tjoeb 4000, ECC88, OPA BB627
Sonus Faber Concertino Domus

hats off
_________________
Mario
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 31 Oct - 23:26 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
virgoprestige
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 24 Déc 2010
Messages: 4
Localisation: Reading UK
Prénom: Berkshire
Langue 1: en
Langue 2: en

MessagePosté le: Ven 24 Déc - 15:25 (2010)    Sujet du message: Re: What a difference a valve makes ... Répondre en citant

maco a écrit:
hats off (Allez je me lance pour un petit rapport d'écoute wondering )

Après une année d'écoute avec les tubes de puissance KT77 de JJ, j'ai décidé d'installer un set des fameuses EL34 -C- ailé. Cool

Tout au long de cette année j'ai bien apprécié les caractéristiques des KT77 : Une dynamique digne d'un bon ampli solid state, une amorçe très rapide sur les notes, un  écrétage et une plage de fréquence très linéaire (pour des tubes). Le rendu dans les bas registres est superbe, profond, bien articulé. Une certaine neutralité tonale dans les médiums et dans les aigus donnent à l'ensemble un caractère assez 'austère' avec beaucoup de précision. Néanmoins cela reste très musical, bien équilibré, agile et percutant, cela me rappelle le son des amplis Accuphase des années '70.

Mes impressions avec les KT77:

agilité et précision :  par exemple sur les instruments à percussion. Les partitions de batterie sont rendus avec une précision, une dynamique et un timing impressionnant. Du Billy Cobham avec ces tubes c'est explosif!

La micro-dynamique : par exemple l'attaque sur les notes des instruments à cordes est très bien rendu, particulièrement le violoncelle et la double-basse. Le toucher de l'archet sur les cordes est presque palpable et distinguable de la note jouée. Les harmoniques sont bien distinguables, les notes et les évènements sont bien délimités dans le flux musical.

étendue du registre : les basses sont bien contourées, profondes et articulées (mais pas encore pareil à un ampli transistorisé), le bas-médium est bien prononcé ainsi que le médium comme sur tout bon tube qui se respecte. Les aigus sont bien précis, cristallins mais assez neutres. A postériori après écoute comparative avec les EL34 je dirais que les aigus élevés (soprano, hautes notes des violons) peuvent se présenter des fois avec dureté sur certains enregistrements (Deutsche Grammophon en particulier).

En général j'ai beaucoup de plaisir à écouter du rock amplifié et la musique symphonique avec ces tubes. Les petits ensembles acoustiques et les solistes sont très bien rendus, présence, réalisme sans trop de froideur mais aussi sans coloration excessive, p.ex. pour les bois. Précision aussi avec le rendu des cuivres. Ben Webster sort très bien, par contre le jeu de Miles Davis et de Coltrane peut ressortir avec assez de dureté et un brin trop d'éclat.

Les KT77 sont une alternative aux EL34, on peut les interchanger. Il faut ajuster les bias un  peu plus élevé sur les KT77, elles tirent aussi un peu plus de courant mais restent dans les tolérances de l'ampli type EL34. Par rapport aux Shuguang EL34B les KT77 affichent moins de compression et une sonorité plus ouverte. A première écoute cela semble aussi s'appliquer par rapport aux SED EL34 -C- mais dans une moindre mesure qu'avec les Shuguang.

Avec la reproduction sur vinyle les KT77 sont bien en synergie : dynamiques, précision de la reproduction, scène sonore élargie. Par contre dans mon cas particulier la reproduction des CD (vous savez ... ces petites galettes argentées ...) ne me satisfait pas assez, non pas sur la qualité du rendu, mais du fait que le tube est assez neutre pour ne pas cacher les défauts liés au numérique.

Depuis quelques semaines j'ai donc installé les EL34 de Saint-Pétersbourg, du fameux producteur Svetlana Electron Devices (donc les vraies SED). Premières impressions ? Une présentation assez différente des KT77, avec plus de transparence, de subtilité et de musicalité sans toutefois sacrifier la précision et le dynamisme. En effet les SED présentent un médium tellement dégagé que des détails avant inaudibles surgissent d'entre les grandes lignes. Les bas registres sont moins accentués que sur la KT77 et la Shuguang EL34B, les aigus par contre sont très étendus, sans dureté, un écrétage en rondeur sans aspérités même dans les notes les plus hautes.

Ecoutes :





  • Marian Anderson, mezzo-soprano, divers enregistrements 1939-1946, vinyle mono 1962. Assez difficile avec les KT77 qui ne pardonnent pas les imperfections de ces vieux enregistrements, avec les EL34 SED : de la magie ! La timbre chaud de la voix de Marian Anderson est rendu à merveille. La présence holographique, tangible. L'accompagnement au piano pour le récital est plus clair et bien délimité dans la scène sonore. Plus de profondeur de champ de l'enregistrement mono, plus d'air entre les instruments et la voix.
  • Syd Lawrence & His Orchestra, Glenn Miller Hits, Vinyle 1978. Très entraînant avec les KT77 mais avec trop d'éclat sur les trompettes. Rendu simplement superbe avec les EL34 SED, tous les cuivres sont bien équilibrés, pas de proéminents mais clairement distinguables individuellement. Scène sonore très large, très profonde, bien étagée avec la percussions à l'arrière de la scène. C'est d'ailleurs un enregistrement superbe,très fidèle à l'original, ambiance ball-room et années 50 transporté dans votre salon. Les EL34 SED parviennent bien à reproduire cette sonorité des enregistrements pré sixties, et à l'écoute je ne peux pas m'empêcher à penser avec nostalgie au temps (lointain hélas) ou je passais les soirées l'oreille collée au vieux poste Telefunken familial.
  • Etta Scollo, Il Fiore splendente, CD Audio, 2008. Rendu très fidèle (j'ai assisté à deux de ses concerts) avec les KT77, mais avec les EL34 SED le réalisme est stupéfiant. La voix tantôt chaude, tantôt rauque ensuite abruptement aiguë d'Etta est rendue comme un hologramme, l'orchestration d'une grande dynamique ne cachant pas les détails les plus infimes (La chanteuse est accompagnée d'un orchestre symphonique et de son groupe de musiciens jouant le Oud arabe, tantôt la guitarre acoustique et la mandoline, le tambour et d'autres instruments acoustiques).  
Surtout, grâce à ces EL34 je viens de redécouvrir mon lecteur CD! Ce tube réussit à gommer cette vilaine signature numérique, arrondissant les crêtes sur les fréquences et rendant ainsi la prestation proche à l'analogique. Faut préciser que le lecteur CD possède déjà un étage de sortie tubes avec deux ECC88 et un chip d'amplification BB627, cela aide biensûr!Plusieurs semaines sont encore nécessaires pour affiner mon jugement, mais sans aucun doute le SED EL-34 -C-est un tube superbe. Je posterai plus de détails plus tard, mais dès à présent disons ceci :"Si Karajan serait une KT77, alors Leonard Bernstein serait une EL34", avec tout mon respect biensûr Wink

Matériel d'écoute :
Primaluna Prologue One, JJ KT77, Shuguang EL34B, SED EL34 -C-, JJ ECC802S, JJ ECC803S
Platine vinyle Lenco L78, bras Jelco SA750D, Denon DL-160, Audio-Technica AT120E et ATP5, Empire 250KE
Platine CD, AH! Njoe Tjoeb 4000, ECC88, OPA BB627
Sonus Faber Concertino Domus


hats off I grew up with `Thermionic Emission' and had quite an extensive education on `Valve Theory', sufficient to learn that semiconductors and later integrated Circuits were the way forward. Audio aplications of valves do have some advantages over semiconductors, there is a certain quality to the sounds they reproduce and they produce less harshness when taken to their limits. When, however, you need a more powerfull output, size starts to be a problem, the power stages alone can be the size of a domestic oven and produce almost as much heat, not to think of the electrical consumption! But for modest power outputs of 20 watts or so a well produced and finished valve amp can be a very attractive piece of furniture, complete with a polished, shiny row of Mullard EL34's, 308's, or KT66's. These are quite adequate fo most domestic HiFi amps, reproducing orchestral music superbly well and the piano with excellence.
 From the radio tuner aspect however, the FET transistor and IC are KING! The humble valve cannot compete here, valve stereo decoders (multiplexer) were hoplessly inadequate, front ends were either `deaf' and/or noisy and would pick up a taxi/police radio in the next town! A valve DVD/CD player is an interesting and feasible joke for determined retro freaks. Has anyone seen a valve MP3 player yet? Ipod?
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:40 (2017)    Sujet du message: What a difference a valve makes ...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Lenco Référence Index du Forum -> Le chaînon manquant -> Amplifications. Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB