Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Je suis volage : j'ai courtisé une L78
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Lenco Référence Index du Forum -> LENCO -> Remise en route, réglages et améliorations.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
MAZZONI
*Membre *
*Membre *

En ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2010
Messages: 2 620
Localisation: Paris
Prénom: Hervé
Langue 1: fr
Langue 2: en
Langue 3: es

MessagePosté le: Dim 28 Nov - 18:59 (2010)    Sujet du message: Je suis volage : j'ai courtisé une L78 Répondre en citant

Il en va des platines comme d'autres choses : du changement naît le plaisir !
Et une renaissance, qu'on le veuille ou non, ça émeut, ça remue la tripe de l'impétrant audiophile.


Alors quand une L78 a frappé à ma porte, je lui ai ouvert. Ses Thénardier de parents me l'ont laissée pour deux billets bleus.


C'est qu'elle avait besoin de soins, la pauvrette : son couvercle a vite retrouvé sa place, mais ce n'est là que cosmétique.
Bien plus mal en point était finalement son bras qui m'avait pourtant paru sain au premier regard ; danger des diagnostics à l'aveugle et à la va-vite !


Ses paliers en Vé étaient tout racornis, liquéfiés et racornis aussi curieux que l'association puisse paraître.
Il a fallu les lui remplacer, lui nettoyer la lame du couteau, bref, lui redonner un air tranchant dans le sens vertical.


Son contre-poids anti centrifuge et sa potence d'accrochage avaient disparu : des ersatz faits main les ont remplacés.


La tripaille criait famine : de la graisse, de la graisse ! On lui en donna.


Le pivot était rouillé et grippé; il n'a pas résisté à un traitement au papier à poncer ultra-fin, à une application de produit qui neutralise la rouille, à un retournement de sa pastille d'appui et à un bon graissage.


Sa rondelle de feutre avait la langue sèche ; on l'abreuva d'huile fine.


Le couvre plateau portait les traces de festins passés : que le quiten lo bailado ! C'est au produit à vaisselle qu'il s'est rangé aux ordres.


Il y avait aussi une cellule orpheline qui attendait de jouer son dernier concerto ; vraiment le dernier car elle est si médiocre qu'elle n'a servi qu'à faire sonner les premières notes des trompettes de la future renommée. En attendant, l'ancêtre B55 lui a prêté sa Shure et, pour sûr, ça sonne mieux !
Et puis, avec une connexion de masse toute nouvelle reliée directement au préampli, on travaille en silence, désormais.


Le juge de paix stroboscopique a rendu son verdict : il fallait peaufiner et l'on peaufina.


Reste ce relevé de bras et arrêt automatique qui me donne du fil à retordre.
Ce récalcitrant ne se réarme pas à tout coup ; il me faut encore du temps pour comprendre comment ces Suisses avaient pensé la chose. Mais cela ne résistera pas très longtemps, sauf vice de conception, et on a déjà connu des enfants mal nés ...

Mais j'ai déjà compris que ce mécanisme ne marche pas à la graisse mais plutôt à la friction.
Je vais m'accrocher car j'aime bien que ça s'arrête de jouer sans que j'ai besoin de courir ou de sortir de la torpeur dans laquelle m'avait plongé l'écoute d'un vinyle de heavy metal ...





La suite dans les prochains jours.






_________________
Hervé
Du vinyle, sinon rien !
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 28 Nov - 18:59 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
MAZZONI
*Membre *
*Membre *

En ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2010
Messages: 2 620
Localisation: Paris
Prénom: Hervé
Langue 1: fr
Langue 2: en
Langue 3: es

MessagePosté le: Mer 1 Déc - 23:31 (2010)    Sujet du message: L78, ton arrêt me fait braire Répondre en citant

Ah, cet arrêt automatique ! Quelle galère !
J'ai mis du temps à faire le "reverse engineering", mais j'ai compris comment ça marche : surtout pas de lubrifiant, tout aux frottements et à l'adhérence.
Oui, mais ça adhère tellement peu que le déclencheur sensé repousser le bras en fin de manoeuvre afin de pouvoir réarmer le mécanisme ne vient que buter sur le bras et ne se réarme pas.
J'ai essayé de nombreuses solutions : gauchir les leviers, les dégraisser à mort, insérer une feuille de papier de verre pour améliorer l'adhérence, rien n'y fait.
Alors, comme je suis têtu, et que je l'ai voulue cette L78 justement pour ne pas avoir à cavaler en fin de disque, et bien je vais tenter un développement maison : un réarmement manuel par câble (plutôt par fil) , poulie et tirette.
Il faut chercher et rassembler les composants, tout en recyclé troisième utilisation.
Trouver la meilleure implantation et que ce soit un minimum esthétique.
Bref, patience et persévérance.
Suite au prochain numéro ...
 
_________________
Hervé
Du vinyle, sinon rien !
Revenir en haut
maco
*
*

Hors ligne

Inscrit le: 10 Mar 2009
Messages: 2 748
Localisation: Luxembourg
Prénom: Mario
Langue 1: fr
Langue 2: en
Langue 3: de
Langue 4: it

MessagePosté le: Jeu 2 Déc - 09:01 (2010)    Sujet du message: Je suis volage : j'ai courtisé une L78 Répondre en citant

Bravo Hervé pour ton récit "corneillien" très amusant à lire Okay Wink !

On attend le deuxième acte Laughing


PS: Belle collection de Lenco que tu as là ! Cool
_________________
Mario
Revenir en haut
alwag
-Membre-
-Membre-

Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2009
Messages: 55
Localisation: paris
Prénom: Alain
Langue 1: fr

MessagePosté le: Ven 10 Déc - 19:51 (2010)    Sujet du message: Je suis volage : j'ai courtisé une L78 Répondre en citant

maco a écrit:
Bravo Hervé pour ton récit "corneillien" très amusant à lire Okay Wink !

On attend le deuxième acte Laughing


PS: Belle collection de Lenco que tu as là ! Cool
Hi hi hi qu'il est doux de découvrir que l'on n'est pas le seul à suer sur ce bug satané arrêt automatique. Près d'un an que je tripote , que je trifouillle pour en arriver à vos conclusions PAS DE GRAISSE!!!
Moi z'aussi j'ai rêvé d'un truc à ficelle pour réarmer le zinzin Mais je dois dire que pour le moment, ça marche presque à 100%
Pourvu que ça dure!
NB pas mal l'état de ta L78 après restauration!
Bravo
Alain W
_________________
Alain.
Revenir en haut
MAZZONI
*Membre *
*Membre *

En ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2010
Messages: 2 620
Localisation: Paris
Prénom: Hervé
Langue 1: fr
Langue 2: en
Langue 3: es

MessagePosté le: Mar 14 Déc - 20:01 (2010)    Sujet du message: L'arrêt automatique de la L78 Répondre en citant

Je suis en train de concocter un réarmement du dispositif d'arrêt à base d'un bras qui viendrait "crocheter" la pièce qui ne recule pas comme il faut de temps en temps.
Ca mûrit, ça mûrit ...
_________________
Hervé
Du vinyle, sinon rien !
Revenir en haut
MAZZONI
*Membre *
*Membre *

En ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2010
Messages: 2 620
Localisation: Paris
Prénom: Hervé
Langue 1: fr
Langue 2: en
Langue 3: es

MessagePosté le: Sam 18 Déc - 14:06 (2010)    Sujet du message: Fin de rénovation : elle tourne, ma L78 ! Répondre en citant

La solution, longuement mûrie, pour assurer le réarmement du dispositif d'arrêt automatique est en place.


Rappel des épisodes précédents :


- en fin de disque, un bras pivotant en aluminium est poussé par un levier solidaire du bras de lecture jusqu'à entraîner à son tour un ergot qui vient se placer  près du pivot du plateau ; un crochet fixé sous le plateau et solidaire du plateau peut alors attraper cet ergot qui provoque une réaction en chaîne : relevage du bras par libération de la grenouillère du lève-bras et arrêt du moteur avec embrayage du frein de plateau.
Tout ceci est un peu panzer et bruyant mais cela fonctionne. Enfin, quand tout va bien ...


- ça se gâte quand le bras pivotant n'est pas rappelé en position initiale lors de la réaction en chaîne ; selon mes observations, il n'est pas toujours rappelé car il bute sur le levier solidaire du bras de lecture, ce dernier présentant une masse générant des efforts supérieurs aux forces d'adhérence du frottement, car toute cette horlogerie fonctionne essentiellement par frottement.


Lors de ma période d'apprentissage de ce mécanisme, j'avais tenté de graisser les surfaces en contact ! A ne pas faire car il n'y a alors plus d'adhérence et tout ce qui marche par frottement pédale alors allègrement dans la choucroute.
Après divers dégraissages, surfaçage au papier de verre pour retrouver de la rugosité, le système fonctionnait, mais pas toujours. Et en cas de non réarmement, il fallait ouvrir la bête pour accéder au mécanisme et repousser le bras en alu : inacceptable !
L'idée est venue d'un dispositif de réarmement avec un accès direct par l'extérieur de la platine.


Le voici en images :



En observant bien, vous verrez un levier en laiton rappelé par un ressort (car mon réarmement se réarme automatiquement sous l'effet du ressort) ; ce levier est solidaire d'un axe qui sort en passant entre cuir et chair et vient émerger du côté du lève-bras ; l'axe est guidé par un oeillet fixé sous la menuiserie et repose sur un bras cintré en laiton lui-même fixé sur une patte de la platine (qui doit servir à faire reposer la platine à peu près droit quand on la démonte de la menuiserie) dans laquelle j'ai pratiqué un trou de 3mm.



Là, on voit l'extrémité du levier en laiton qui est au contact de la queue du bras en alu, prêt à le repousser.



Enfin, vu de l'extérieur, n'apparaît qu'un bouton au bout d'une tige, bouton que l'on actionne en le faisant tourner sur lui-même, le ressort se chargeant de finir le travail.
Aucun trou apparent. Fonctionnel. Il suffit au début de chaque disque de tourner une fois le bouton pour être certain que le dispositif est réarmé.


Mais cette L78 m'a causé un autre souci : à la première écoute après cette amélioration, je n'avais plus qu'un canal.
Après recherche à l'ohmmètre, signal et masse droits étaient court-circuités ; mauvaise manipulation lorsque j'ai rallongé le câble de modulation ? Bref, un court-circuit pas du tout apparent qui m'a valu un redémontage de pas mal de choses.
Mais tout est rentré dans l'ordre et ma L78 fonctionne désormais avec une cellule à bobine mobile dont je ne rappelle pas le modèle pour ne pas blesser les fines oreilles qui rôdent sur cet excellent forum.
_________________
Hervé
Du vinyle, sinon rien !
Revenir en haut
François
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 18 Déc - 17:27 (2010)    Sujet du message: Je suis volage : j'ai courtisé une L78 Répondre en citant

Bravo pour ta persévérance et la solution que tu as su trouver Okay

hats off
Revenir en haut
MAZZONI
*Membre *
*Membre *

En ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2010
Messages: 2 620
Localisation: Paris
Prénom: Hervé
Langue 1: fr
Langue 2: en
Langue 3: es

MessagePosté le: Sam 18 Déc - 19:05 (2010)    Sujet du message: L'arrêt automatique de la L78 Répondre en citant

Plein de bonnes intentions, je doute que le dispositif ait jamais fonctionné correctement, même en sortant de la boutique. Je me demande comment ils assuraient le SAV !
C'est que, quand ça ne se réarme pas, non seulement le prochain déclenchement n'aura pas lieu mais le bras de lecture va venir buter sur le levier et le disque ne plus se lire ! Un comble !
En fouinant sur un forum anglais, j'ai lu qu'un simple réglage de l'angle d'attaque du levier solidaire du bras de lecture avait tout remis en ordre. J'ai testé plusieurs réglages sans réelle amélioration.


Ma bidouille est dans le domaine public ; n'hésitez pas à me demander des détails.
J'interviendrai même en région parisienne. 
Pour l'amour de Lenco, bien sûr.


Ne démontez plus vos arrêts automatiques de L78 : ça peut marcher ...
_________________
Hervé
Du vinyle, sinon rien !
Revenir en haut
MAZZONI
*Membre *
*Membre *

En ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2010
Messages: 2 620
Localisation: Paris
Prénom: Hervé
Langue 1: fr
Langue 2: en
Langue 3: es

MessagePosté le: Lun 3 Jan - 20:41 (2011)    Sujet du message: Elle méritait bien cela Répondre en citant

C'est Noël pour ma L78 !
J'ai déposé dans sa coquille une DL103 achetée moitié prix avec  20 heures de vol (bon, il faut bien faire confiance mais le vendeur ayant révélé quelque parenté ethnique, je ne pouvais que le croire et il m'a sorti sa loupe pour regarder l'état de la pointe...).


Je suis entré dans un nouvel univers sonore : une pastèque d'enfer (ce ne sont pas des termes audiophiles mais c'est ce que je ressens) , des aigus à ne plus savoir qu'en faire, une séparation des canaux qui me fait croire que mon salon s'est élargi, des graves à revendre, une restitution des détails, une clarté, un bonheur énoooorme.
Coleman Hawkins n'avait jamais sonné aussi bien.
Cette cellule a été mesurée en usine à 0,37mV par canal alors que la spécification la donne (enfin, donner n'est pas vraiment le terme ...) pour 0,3mV. C'est qu'à ces niveaux-là, 7 centièmes de millivolt, ça compte, ça fait 23% de gratté.
Très peu de bruit de fond, moins qu'avec ma Sony MC.
Et tout cela avec un pré-pré actif ; si quelqu'un a décidé de jeter ses transfos élévateurs de tension, je récupère  ...


Quelques mots sur l'installation dans une coquille Lenco.
Et bien, ce n'est pas si simple ; j'ai dû supprimer le chariot car les vis Lenco sont trop courtes ; j'ai donc utilisé les vis Denon en les passant à travers les lumières de la coquille avec une rondelle sous la tête car les trous dans la coquille sont de grand diamètre.
Il a fallu aussi une rondelle pour corriger le défaut d'horizontalité.
Ensuite, je me suis heurté à l'arrière de la jupe de la coquille qui est trapézoïdale et qui venait frotter sur le disque ! 
J'ai alors interposé une entretoise sous la cellule et ça passait tout juste. J'ai donc relevé le bras de la L78 de 2 mm pour avoir un espace suffisant entre le bas de la jupe (côté douille) et le dessus du disque.


Réglée à 2,3g fort mais moins que 2,5g, cela fonctionne à merveille.
Tellement bien que cette cellule va peut-être atterrir sur le bras Jelco de ma L75 essisée ...
J'vous raconterai.
_________________
Hervé
Du vinyle, sinon rien !
Revenir en haut
MAZZONI
*Membre *
*Membre *

En ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2010
Messages: 2 620
Localisation: Paris
Prénom: Hervé
Langue 1: fr
Langue 2: en
Langue 3: es

MessagePosté le: Lun 14 Mar - 22:28 (2011)    Sujet du message: La L78 va aussi se "essiser" Répondre en citant

Après avoir raidi la queue du bras selon les bons préceptes de ce forum, avoir changé les paliers en Vé, avoir réussi à faire fonctionner l'arrêt automatique, et bien je n'étais toujours pas satisfait du bras droit d'origine de ma L78.
Après échange des paliers en Vé, je ne pouvais plus replacer la rondelle en demi-lune (pas assez de jeu vertical) et cette articulation verticale avait alors  trop de jeu.
Je m'apprêtais à limer les bases des Vés pour récupérer quelques dixièmes de millimètres mais la matière est dure, mais dure ...
Bref, tout cela n'était pas digne de la DL103 qui orne cette platine.


Survint alors le dieu du tweak : je trouve un Jelco 9 pouces en S en état plus qu'honorable et à un prix raisonnable ; je l'achète, lui refais une jeunesse : nettoyage des paliers et des billes, taraudage pour la vis du contrepoids latéral qui n'avait jamais été terminé et le contrepoids dansait sur sa queue, réglage du serrage des bagues de roulements à billes.
Prêt pour la greffe ? Non, car le diamètre du fût était plus petit que celui du bras d'origine de la L78.
Ayant lancé un appel à l'aide sur un forum d'usinage, j'ai été aidé et sponsorisé par un amateur de musique et tourneur amateur (notez les positions du mot amateur ...) qui m'a fabriqué la bague de réduction adéquate sur mes indications.
Comme je vais adapter le dispositif d'arrêt automatique de la L78, je me suis aussi fait fabriquer deux bagues en laiton qui viendront en extrémité basse de l'axe du bras (celle d'où sortent les fils de modulation) pour accrocher le levier de déclenchement de ce foutu système.
Mon généreux donateur m'a même usiné trois bagues de réduction avec des alésages légèrement différents car je n'avais qu'un pied à coulisse pour mesurer au 1/50è mes diamètres (vous verrez les deux bagues inutilisées alignées à gauche du bras).


Et la distance de montage ? Et bien, ce Jelco est le frère jumeau du Jelco monté par Lenco sur les L75S (dimensions mesurées par mes soins en fermant un oeil) ; j'en déduis que je peux le monter à la place du bras d'origine, comme je l'ai déjà fait sur ma L75 quand je l'ai essisée.








La suite dans quelques jours.


Entre temps, j'ai trouvé sur la baie une platine L78 sans socle qui va me servir de banque de pièces en cas de pépin sur mon écurie de Lenco ; j'ai désormais un moteur d'avance (ma hantise de voir brûler l'un des miens) et une roue galet , le reste étant moins crucial.
Je récupère néanmoins un couvre-plateau de L78 ainsi qu'une coquille marquée Lenco et à embout SME (une petite coquetterie, que ce soit étiqueté Lenco ...) .
Et comme dans la série "on n'arrête plus les quêtes du mieux", j'ai trouvé, moyennant quand même quelques billets , une cellule Grado MF 1+ des années 70, absolument neuve et d'époque (l'odeur de vieux papier du carton d'emballage en atteste)  , non identifiée sur Vinyl Engine mais dont les caractéristiques sur le papier sont étonnantes : 10 Hz - 60 000Hz, séparation des canaux -25dB entre 10 et 30 000 Hz, etc ... Il me manque la compliance mais je verrai bien "à l'oreille" sur quelle Lenco elle respire le mieux.


Les semaines qui viennent vont être riches en essais ...
_________________
Hervé
Du vinyle, sinon rien !
Revenir en haut
MAZZONI
*Membre *
*Membre *

En ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2010
Messages: 2 620
Localisation: Paris
Prénom: Hervé
Langue 1: fr
Langue 2: en
Langue 3: es

MessagePosté le: Dim 3 Avr - 19:12 (2011)    Sujet du message: Ma L78 est "essisée" à son tour Répondre en citant

C'est fait !
Après avoir longuement comparé les dimensions de mes deux bras en S de Jelco (l'un prélevé sur une épave de L75S, l'autre Jelco récupéré au bon coin et ne provenant pas d'une Lenco), après avoir mesuré la distance de perçage de ma L78 de base, j'en ai conclu que le meilleur des deux bras était celui venant ... d'ailleurs que du monde Lenco.
Pour être très honnête, je ne voulais pas repercer le châssis de ma L78 ; il fallait donc que ça rentre !
En jouant sur les fourchettes de dimensions et d'angles donnés dans le tableur de Vinyl Engine pour les distances de montage, ce Jelco exotique était presque parfait.
Tout est dans le presque.
Il me fallait une coquille qui me permette d'avancer au maximum la cellule pour gagner les 5 mm qui me feraient entrer dans l'épure.
Et c'est là qu'il y a un dieu pour les bricoleurs : ayant acquis un porte-cellule marqué Lenco, pour faire joli dans le paysage, je le monte à blanc au bout du Jelco hétérodoxe et là, miracle, je gagne largement les 5 mm qui me manquaient.
Je peux donc monter ce bras en restant sur le perçage de la L78 et en étant dans les fourchettes de Vinyl Engine.
Le reste n'est que question de patience et de transpiration.


Voulant conserver l'arrêt automatique de la L78, j'ai dû confectionner un prolongateur de queue de pivot car le nouveau bras ne descendait pas assez profond dans le châssis pour pouvoir accrocher le levier de déclenchement du maudit mécanisme.

C'est le "U" que l'on voit et qui sent le DiY à plein nez.


Je vous passe les jurons, les coups de lime, le réglage du déclenchement qui m'a encore donné du fil à retordre.
Je n'oublierai pas de mentionner de nouveau l'utilisation de la bague réductrice usinée par un généreux bienfaiteur du forum "Usinages" qui me permet de conserver l'embase d'origine et son réglage de hauteur du bras.
Enfin, installation de la Denon DL103 dans les règles du lard et :



Essai sur Coleman Hawkins : totalement bluffant !
Ceux qui ont la patience de me lire savent que je ne suis pas à l'aise avec le jargon audiophile donc laissez-moi dire simplement que tout est meilleur ; un test familial réalisé sur des oreilles impies me l'a confirmé et le nouveau montage fait l'unanimité ; c'est bien qu'il doit y avoir quelque chose.
Il est vrai que j'ai soigné les réglages, surtout l'horizontalité et la verticalité de la cellule.
Bref, ça valait le coup de suer un peu.



Et le Jelco en S qui me reste, me direz-vous ?
Je pense que je vais lui trouver une destination : il irait bien équiper ma B55 d'un second bras.
En effet, le bras ultra simple d'origine, restauré selon les mon préceptes trouvés sur ce forum me donne entière satisfaction, surtout depuis que je lui ai fait cadeau d'une Ortofon OM20.
Ce qui m'encourage à penser que la sophistication du bras des L75 et L78 n'a apporté que des approximations ; mais que voulez-vous, il fallait exhiber des contrepoids secondaires, des antiskating à poids qui pendouillent façon Thorens, il fallait céder au marketing.
La suite dans la rubrique de ma B55 dans quelques temps.
Laissez-moi écouter de la musique ...
_________________
Hervé
Du vinyle, sinon rien !
Revenir en haut
maco
*
*

Hors ligne

Inscrit le: 10 Mar 2009
Messages: 2 748
Localisation: Luxembourg
Prénom: Mario
Langue 1: fr
Langue 2: en
Langue 3: de
Langue 4: it

MessagePosté le: Lun 4 Avr - 19:20 (2011)    Sujet du message: Je suis volage : j'ai courtisé une L78 Répondre en citant

Excellent ! bravo Très beau le bras et très belle la platine Okay

hats off
_________________
Mario
Revenir en haut
Gabi
*Membre *
*Membre *

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2010
Messages: 287
Localisation: 82
Prénom: Gabi
Langue 1: fr

MessagePosté le: Jeu 7 Avr - 14:52 (2011)    Sujet du message: Je suis volage : j'ai courtisé une L78 Répondre en citant

Yes !  bravo

Il va très bien sur ta L78, magnifique ! hats off
Il s'intègre très bien sur la platine, on dirait que c'est de l'origine.

Bon par contre il va falloir que tu nous bricoles une tige plus esthétique pour réarmer le relevage automatique du bras, on compte sur toi et tes talents manuels ! Mr. Green

@+!
Revenir en haut
MAZZONI
*Membre *
*Membre *

En ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2010
Messages: 2 620
Localisation: Paris
Prénom: Hervé
Langue 1: fr
Langue 2: en
Langue 3: es

MessagePosté le: Dim 10 Avr - 23:09 (2011)    Sujet du message: La tige qui dépasse. Répondre en citant

Oui, je compte la raccourcir pour ne voir apparaître que le bouton de manoeuvre.
Mais je ne pourrai pas faire affleurer le bouton car la tige est suspendue avec la platine et il lui faut du débattement. Le bouton restera donc environ 6 à 8 mm au-dessus de la platine.
Ce sera toujours mieux que maintenant.


Sinon, j'ai repris les réglages de la DL103 sur cette platine : verticalité vérifiée à l'équerre et réglée à l'aide de rondelles ultra minces glissées sous la cellule ; horizontalité avec la hauteur du bras; réduction de l'erreur de lecture avec un gabarit acheté sur un site audiophile anglais (ils m'ont fourni un disque de test + ce gabarit très lisible à un prix très raisonnable) . 
Enfin, avec ces réglages peaufinés, j'ai réduit le poids à 2 g + un chouaia.


J'aimerais bien confronter mes réglages à ceux d'un autre maniaque de l'écoute. 


Bilan globalement meilleur : un disque d'Ella Fitzgerald que je croyait usé et perdu se laisse lire dans de bien meilleures conditions.
Le fin du fin est l'audition de "Unsquare dance" de Dave Brubeck : tout y est , mais je vous ai déjà dit que je ne sais pas parler audiophile.


Puisqu'il faisait beau et que j'avais le coeur à l'ouvrage, j'ai réinstallé ma première cellule MC, une Sony dont j'ai déjà parlé dans ces colonnes.
Elle m'avait beaucoup déçu sur le bras droit d'origine de la L78 ; là, bien au chaud dans sa coquille au bout du S, c'est une toute autre histoire : sans atteindre les sommets de la Denon, elle s'en tire très honorablement.


Je vais pouvoir rattaquer le réglage de la Grado sur la L75 essisée. J'ai compris que je n'éliminerai pas le murmure qu'elle génère. Reste néanmoins à en tirer le maximum. Ce sera l'objet d'une autre contribution à ce forum.


Mais je n'ai pas tout dit : j'ai réussi le tour de force de subtiliser au nez de l'île britannique  entière une paire de JR149 sur ebay UK. Après trois échecs successifs, j'étais remonté comme une pendule ; et il n'y en a pas tant que cela des JR149.
Késako, me diront certains ? 


A vous de chercher, et je vous raconterai dans quelques semaines, lorsqu'elles seront arrivées et révisées.
_________________
Hervé
Du vinyle, sinon rien !
Revenir en haut
Gabi
*Membre *
*Membre *

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2010
Messages: 287
Localisation: 82
Prénom: Gabi
Langue 1: fr

MessagePosté le: Jeu 14 Avr - 13:56 (2011)    Sujet du message: Je suis volage : j'ai courtisé une L78 Répondre en citant

Bonne nouvelle ça! Okay

Effectivement elles m'ont l'air sympathique ces petites JR149, une sorte de LS3 grand public.
Elles ont bonne presse sur internet.
Sinon elles se situent dans quelle fourchette niveau tarif ?
Du coup elles ne vont pas faire double emploi avec tes Rogers ?

PS : Ça y est les travaux sont effectuées sur la L75/S, j'ai récupéré mon Luxman et je reviens lundi avec une DL110, il va falloir que tu viennes écouter tout ça ! musique

@+!
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:53 (2016)    Sujet du message: Je suis volage : j'ai courtisé une L78

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Lenco Référence Index du Forum -> LENCO -> Remise en route, réglages et améliorations. Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB